Archive for June, 2008

Tales of Vs Star oc

Le conte de Noël

J’étais parti avec une envie sûre et certaine, celle de vouloir haïr le nouveau Desplechin. Déjà, Rois et Reines était un amoncellement de prétentions aggravées par la lecture des interviews accordées par le réa (le truc qui peut vous tuer un film, d’entendre parler de Woody Allen, Kurosawa, et puis de voir Rois et Reine). Il y avait aussi Emmanuel Devos en personnage principal (et un des reflexes salutaires de spectateur consistait à l’envie de la noyer tant elle y était horripilante). Conte de Noël s’annonçait comme pareil en pire. En plus la thématique « arguably » à chier de Noël nous donne en général des apartés comme dans la Bûche où chacun livre son traumatisme lié à la fête du petit Jésus qui, on le sait, n’est jamais aussi belle qu’on voudrait bien nous le faire croire.

Dans le mille ! Le dernier Desplechin, c’est tout ça. Amalric est là en mode Desplechin Custom, lunaire, foufou, totalement instable mais foncièrement attachant face à sa mère, Deneuve, qui campe une mère autoritaire et détestable. Elle joue exactement comme on pourrait s’attendre de la voir, une mère fouettarde un peu mégalo, une émulation inversée de la belle du seigneur, tendance Comtesse de Ségur. De toute sa fratrie, Henri/Amalric est le seul qui peut lui rallonger un peu la vie grâce à une greffe. Tout comme sa reum, sa sœur le hait de manière totalement irrationnelle, au point de demander devant un juge « son exil » de la famille. Tout contact avec elle lui était prohibé, jusqu’à ses providentielles festivités où il va un peu foutre le souk avec sa meuf providentielle (Emmanuelle Devos, même pas agaçante mais absolument égotrypé à fond). Le frère d’Amalric, joué par Melvil Poupeau (qui ressemble de plus en plus à Matthew Fox), essaye de faire tampon dans cette bouillabaisse de famille à laquelle s’ajoute les cousins, les maris, les enfants etc…

Ca cite, ça référence, ça parle en ellipse, ca théâtralise la moindre réplique à des cimes de non-naturel. Et pourtant, quelque part, dans ce melting-pot ultra caricatural rive gauche, boursoufflé de références bibliques, entrecoupé par des citations, d’auto-références conscientes d’elles-même, de tragédie grecques et de rap West coast, hé bien j’ai vachement aimé, ce qui m’ennuie car ce n’était pas du tout mon postulat de départ. Rois et reines s’écoutait parler alors que Conte de Noël est un vrai cri d’orgueil, une intéllo-pride à fond les ballons où tout devient signifiant sans y être pontifiant, avec des scènes tout simplement hallucinnante : Amalric qui lit sa lettre, Deneuve/Junon qui traduise l’espérance de vie en équation mathématique quand ce n’est pas pour dire qu’elle trouve sa belle-fille ringarde alors qu’elle est jouée… par Chiara Mastro, sa propre fille. Fuckn’ brillant, mais il faut y aller armé. Le jeu en vaut la chandelle

Travailleurs, Prague

Paris

Malgré son titre ambitieux, Paris est à Clapich ce que David Martinon est à Neuilly : une greffe qui n’a pas pris. Le film choral, c’est devenu le genre atroce du cinéma français, où les acteurs viennent cachetonner en cabotinant leur propre style. C’est toujours un peu toujours les mêmes que l’on voit, mais là, ce n’est même pas eux le problème. Sauf pour Karin Viard dont la prestation de 4 minutes est proche de l’insoutenable. Duris se contente de faire le béat dépressif en regardant Paris genre « c’est beau, une ville qui bouge ». Luchini nous fait son meilleur rôle de lui-même, c’est-à-dire Tout le monde en parle 2005 et On n’est pas couché 2007. Son very best, le meilleur cru, il est allé au bout de son personnage comme Bacri dans le rôle de grincheux. C’est dingue, ça, c’est des mecs qu’on aurait tendance à adorer, vraiment, et à force de ressasser la même thématique, de se faire proposer les mêmes rôles, on n’en peut juste plus . Même Dupontel joue encore une fois ce qu’il fait de mieux, c’est-à-dire « le mec au bord de la crise et qui menace d’exploser à tout moment » et excelle. Ca lui permet de répéter son prochain rôle du même genre, à la “2 jours à tuer” (j’y reviendrais). Certes, il ne peut pas sauver un film comme on a pu le voir dans l’immonde « Fauteuil d’orchestre », mais he delivers. Non, ce qui pose problème, c’est ce cinéma béat, content de lui-même qui aligne des poncifs pénibles en les martelant. C’est à peu près aussi pertinent que la morale à la fin d’un épisode d’une série des années 80 et « le sourire du jour » à la fin du JT. Du bonheur prédécoupé pour un soufflé qui s’est dégonflé.

Game Center CX


Surprise de décembre et un de mes jeux préférés 2007, Game Center CX, le jeu qui a inventé l’émulation de la nostalgie. On incarne un mec qui joue à des jeux d’arcade. Et émuler l’impression d’être un petit jap de 10 ans en 1984, c’est pas une mince affaire. Daté, mais déjà re-nostalgique.
(c+ n°190)

There will be blood

Attention, vingt premières minutes sublimes. Zéro dialogue, musiques à vrai dire “je ne sais plus”, et Daniel Day Lewis qui acte à mort le non-événement, fouillant inlassablement le sol hostile de l’ouest américain. Le plan où il rampe, solitaire, face au désert, m’en a filé pour mes thunes, merci Paul Thomas Anderson. Ensuite on rentre dans un cycle de la folie. Day la joue (la folie) face caméra, sur une zique assourdissante qui ferait passer une descente de valkyrie pour un pique nique à Paris Plage. Même quand il se passe fuckn’ rien, la sono est foutue à fond, à tel point que ça rappelle les boites de nuit assourdissantes où l’on aimerait bien discuter avec la fille à la bouche concupiscente accoudée au bar mais bon sang, pas moyen.

Maintenant que la perf’ (forcément brillante, check) de Day Lewis est entendue, il reste un film type « Rise and Fall », sauf que le fall ne vient pas. L’ascension implacable du magnat du pétrole accompagné par son môme inéluctable est bizarrement équilibrée : les scènes grandioses sont intercalées par d’autres totalement granguignolesque. Une discussion méga importante sur son enfance ou avec son môme sera contrebalancée par une où Day est ivre mort et gueule en faisant des contorsions du visage (au mieux) et des mouvements de bras zarbi comme lorsqu’il est à jeun. Impossible à savoir avec lui, he’s maaaad. Du coup, le résultat repose vraiment sur sa propre sensibilité à la hype, tant le film se pose sur un fil tendu entre profondeur et ridicule, que PTA ne se gène pas pour franchir consciemment lors d’une scène finale ubuesque, ce qui est con car elle suit elle même un climax freudien absolument sublimes. Bref, sensibilité à la hype ou alors aux testostérones du bogosse qui feront le reste. Hé, ça a pas mal marché pour Iron Man.

World War Hulk

Me retirant peu à peu de la vie « forum » pour m’occuper de choses plus personnelles, de Robotics ou simplement pour refocuser mon énergie, c’est sans trop de honte que je ressors cette critique de World War Hulk d’il y a quelques mois, customisé Robotics. Et puis surtout, elle me servira pour la prochaine à venir. Voici donc World War Hulk. Et ça spoile méchant sa race.

QUE DU SPOIL, hein, t’es prévenu. Et je te tutoie pas par connivence, c’est vraiment pour prévenir.

Jugé trop dangereux par les Illuminati, Hulk est envoyé dans l’espace, en exil. En politique, on dirait qu’il est parti « enseigner au Canada » comme Alain Juppé et Philippe Seguin. Il se retrouve donc sur une grosse planète hostile, pas vraiment Neuilly-sur-Seine, où il est transformé tour à tour en esclave, en gladiateur puis en souverain. Il y découvre de nobles guerriers, une femme, elle tombe enceinte, bref, après une année sabbatique dans ce monde à la Conan en pire, Spartakhulk repart sur Terre en mode oméga vénère. On le comprend, sa femme (Caïera, on est prié de rire) ainsi que toute la planète a été anéantie par une explosion qu’il attribue aux membres des Illuminati. Pour ceux qui ont vraiment la flemme de cliquer sur le lien, ce club de jeunes giscardistes (Reed Richards, Iron Man, Namor, Xavier et Black Bolt), aux caractères retconnés à la limite du reconnaissable, a décidé que la chienlit verte devenait dangereuse (oui, soudainement Hulk aurait tué des gens). Ils ont voté son exil à main levée, vu que Black Bolt peut pas parler sans remuer des montagnes.

Hulk revient donc sur Terre, habillé en cosplay d’Obélix (sérieusement, une armure ?), accompagné par une bande de guerriers qui semblent sortir de La Rue Sésame et du Muppet Show. Ils sont, semble-t-il, surpuissant et pourraient battre n’importe qui. Personnellement, je leur trouvais un côté « Alpha Flight » pour Hulk, des keums lambda destinés à bousiller et survivre un combat contre tous les héros de New York. Ils y arriveront pas mal, mieux que Cloverfield. Hulk passe par la Lune pour déboîter Black Bolt qui au passage utilise son « criquitue » (il a d’ailleurs la fâcheuse tendance à pousser une gueulante tous les deux mois maintenant… il fut un temps où c’était ZE truc rare). Mais c’est classe.

Texte entre les deux:” “I didn’t come to hear you whisper. I came to hear you SCREAAAAAAM!!!””

Ca, ça, CA, c’est du freakn’ comics !

Sidenote:

Enfin, était-ce vraiment Black Bolt ? Difficile à dire, entre les 5 bandeaux événements en haut des comics Marvel, on ne sait plus si ca se situe avant Initiative, après New Avengers ou le super retardé Mighty Avengers, ni MessiaX-tinction agenda. Avant ou après la mort de la meuf de Sentry ? C’est le gros bordel et rien n’est fait pour aiguiller l’amateur de comics qui lirait ptet deux ou trois titres par mois. Mais ça, ce n’est pas tant la faute de Pak, mais plutôt à tout le staff éditorial de Marvel qui se perd d’event en event.

Donc, après avoir ratatiné blackybolty donc (scène magnifique tout en non-dit dont vous avez vu deux pages), Hulk décide de déglinguer les autres, en particulier Starkozy et son armure Hulkbuster avec piston pour filer des torgnoles atomiques comme Big-O, qui aurait fait un fabuleux robot géant nippon à Batman. Et là, amis lecteurs consternés du traitement de faveur qu’Iron Man a droit depuis 2 ans (rien à voir avec le FILM !), le changeant de héros à ex-alcoolique polico-Hortefeux-iste, on est VENGé ! Hulk en fait du vrai steak tartare !

On admirera le talent de John Romita Jr plus tard, les fights étant quand même le point fort. Les torgnoles pleuvent.

Greg Pak, l’orchestrateur unique de l’histoire écrit avec une espèce de délicatesse propre aux grosses bastons des comics « d’avant ». On a un feeling années 80 à chaque page, un peu quand les héros se battaient entre eux pour un oui ou pour un non, sauf que là, c’est Hulk, l’emblème de cette génération ô combien culte qui met une dérouillé à tous les super-héros tombés dans le cynisme.

A la base, une histoire « Hulk » qui smash et qui casse, ça ne peut pas être mauvais Ce n’est pas très très subtil, mais c’est nettement plus cohérent que le run de Bruce Jones (amis fanboys, souvenez vous, le moment « espionnage » de la série, qui avait super bien commencé et qu’on a tous arrêté en cours avec un hochement de tête de consternation. Hulk, c’est pas des histoires noires d’enquêtes policières). Dr Strange aura même son petit tour de force en avalant une potion magique le transformant en espèce de Ghost Rider sans moto. Totalement gratos, mais l’idée serait tiré d’un très vieux numéro pour faire genre, hé les geeks, y’a pas arnaque, ça y était déjà en 1968… Hulk et ses mecs capturent tout le monde (et VRAIMENT tout le monde) et les foutent dans une arène où ils finiront tels des vachettes, dans un Intervilles super-héroïque, les obligeant de se battre. Ils sont forcés car ils ont une espèce d’ipod collé a à la peau rendant sa victime bête et obéissante, agissant comme un Lemmings. Du bon matos Apple quoi.

Malheureusement, depuis le début, que cela soit à la lecture du comics ou à la vue des couvertures dans les Previews, on sait que ça se finira en baston avec Sentry, le personnage bricolé par Marvel, tellement puissant qu’il peut jouer au bilboquet cosmique avec Superman. Jenkins avait même écrit un numéro spécial « copain » où l’amitié entre Sentry et Hulk est clairement visible. Enfin, une bonne limited série si on aime le « Superman-chez-le-psy. Encore faut-il adhérer au concept « ils sont amis depuis longtemps », un retcon aussi artificiel que le couple Ségolène Royal-François Hollande. L’histoire (et la baston, et donc des petites vannes bien carnassières de Hulk) tiennent suffisamment la route jusqu’à ce pic totalement prévisible qui ressemble plus au combat de Freezer contre Son Goku tellement ça bourrine. Encore une fois, New York est quasi détruite, mais on a l’habitude.

Tout va bien jusqu’à la fin qui est téléphonée, à coup de post-it éditoriaux. Tout d’abord on apprend qu’en fait, la bombe qui a tué Caïera (on ne s’en lasse pas) a été placée par un membre du propre collectif de rappeurs cosmiques de Hulk. Trahis par les siens, un Balladurisme sauvage. Du coup, ça innocente Reed, Tony et les autres. Ensuite, il faut un mec qui se fasse un peu butter, parce que c’est un cross-over et que dans tout bon cross-over, il y a des mecs qui dégustent, voire qui passent à la trappe. Ce sera Rick Jones, le pauvre qui a déjà passé des années en chaîne roulante. Chez Marvel, on guérit vite. Mais là, ça fait trop « oups, j’étais sur le chemin». La faute à pas de chance. Retour à la chaise roulante. Autre cata, il faut un Deus Ex Machina pour niquer Hulk, et ce sera encore une fois Tony Stark qui comme dans tous les comics « saves the day » en utilisant un canon laser spatial ou téléporte une explosion d’une centrale nucléaire (ne riez pas, il l’a fait). Ok, Tony est un mec über malin, mais ça va finir par se voir qu’ils n’ont pas d’autres idées pour terminer leurs histoires. Mais à part ça, World War Hulk est vraiment jouissif et se lit très bien en relié pour pas se prendre la tête. Ca a la gueule d’un no-brainer mais c’est plus profond que ça et surtout, les personnages sont traités avec justesse. Et visuellement, ça casse la baraque.

Les spinoffs oscillent entre le pas mal (le titre Hulk lui-même avec un personnage absolument fantastique d’Amadeus et le retour en force de Hercules) et le supra naze (WWH Frontline) où l’on sent que Jenkins a cachetoné sans même chercher à rendre ça moins pourri. Il n’y croit même plus, le pauvre. Hulk, pendant sa pause-pipi, est aussi allé voir les X-Men (hop, on te vend une minisérie en plus, le fan) pour demander à Xavier, ce qu’il aurait choisi de faire s’il était membre des Illuminati au moment du vote de son exil. Un mot : poouuuuusif. Bon, c’est un prétexte pourri pour balancer du Hulk qui tape du Colossus et du NightCrawler. Que demande le peuple ?

Vu le succès de World War Hulk, qui fut au final un chouette divertissement, il y a déjà tout un paquet de spinoffs post WW pas gégé. Hulk Rouge par Loeb (c’est pas une blague) sera vite oublié. Enfin, il y a Skaar, le fils de Hulk qui n’est finalement pas mort, mais qui s’annonce comme un comics « barbarian world » de plus. On a échappé à Friendly Neighbordhood Hulk, c’est déjà ça.

Prochain arrêt robotique : Incredible Hulk devient Incredible Herc… Oui Hercules… Et un des meilleurs titres Marvel du moment. Rien que ça !

Jean-François Copé, l’audiovisuel ou “l’internet, y’a des thunes”

Il est partout, il est beau, il est omniprésent (oui, rappelons que Kamui Robotics est son antre, son fansite ultime). Il nous balance les yeux dans les yeux des principes fous qui “dérangent” comme d’habitude. La redevance est parait-il impopulaire (comment peut-elle l’être vu qu’elle est désormais intégré aux impôts?) alors oui, on taxera les forfaits internet, téléphone et cie parce que les disques durs, c’est déjà fait. Prenons l’argent des putes pour payer des vacances aux enfants malades, une vision si juste qu’on applaudit des deux mains. Au diable, ceux qui démissionnent de sa commission (fait qu’il élude pudiquement), ce doit être des sales gauchistes et des déclinologues qui sont à l’écoute des syndicats. Au passage, on kiffera sa pique à Sarkozy, le mec qui a décidé ça sur un coup de tête un matin de Janvier, sans se concerter, sans plan, ni rien. Copé, l’homme le plus impressionnant depuis Roosevelt, il te regarde dans les yeux avec la tendresse du mec qui te regarde la braguette ouverte mais qui ne te dit mot. <3

Useless


Wuyong (Useless)

Plastiquement brillant, la moindre scène du quotidien filmée par Jia Zhang Ke devient profonde et pleine de sens. Il sublime tout côté glauque et la rugosité ambiante pour lui donner une dimension artistique assez incroyable. Ici, il s’attaque à l’industrie du textile/fringues sous trois angles, le riche, le pauvre, et le mega pauvre (la France, la nouvelle Chine et l’ancienne). C’est moins glamour que les reportages simili « poil à gratter » made in Canal+ et autres entrefilets caustiques sur le monde de la mode proposés par les JT lors des collections automne-hiver. Après avoir rendu de manière absolument incroyable le labeur d’un démolisseur de maisons chinois sous 45° au soleil (le sublime Still Life où le moindre caillou, les moindres souffles de lassitudes de vie devenaient « un chantier à fleur de peau »), il retranscrit ici parfaitement l’acte robotique lié au travail du textile, à la fois désincarné et moteur de toute une économie et d’une dynamique de vie. Tout cela sans jugement (on n’est pas dans Zone Interdite), ni analyse, y’a pas marqué « C’est dans l’air ». Quoiqu’il en soit, Jia Zhang Ke est toujours aussi fascinant.

Family Ski


Les remarques concernent la version jap’, je doute que la jpop d’ambiance soit de mise dans la version européenne.
(cplus N°193, mars 2008)