Archive for May, 2010

Horos

"blip blip blup"

"Bug fixé. Commencez l'invasion de la planète Terre !"

vient de fixer le Golgoth anti-spam de Kamui Robotics. Les commentaires sont à nouveau activés .

Green Zone (et un peu Brothers)

A voir les films d’action riquains, c’est toujours eux qui gagnent. Ou alors ils s’en sortent avec les honneurs. Dans le pire des cas, Jim a secouru John prisonnier derrière les lignes ennemis, ralenti final sur les soldats qui applaudissent dans la base, sur fond de Hans Zimmer. Paradoxal, vu que ça fait quand même un paquet d’années qu’ils n’ont pas gagné une guerre.

Oh faire un film un peu plus “loose”, avec des anciens combattants trauma, ce n’est pas la garantie d’un bon film. Tout le monde n’est pas Rambo. Et Brothers, (2010, je le namedroppe ici, car pas sur que je retrouverai le temps de parler de cette daube), c’est surement pas Rambo. A moins d’être une fangirl de Tobey “Spider-Man” McGuire ET Jake “Prince of Persia” Gyllenhaal (auquel cas, c’est bon, cherche pas plus loin, Brothers, c’est ton porno de l’année) ce machin défie l’entendement à chaque instant. Imbouffable. Si tu aimes le jeu d’acteurs fin, nuancé, ambigüe et intense à la River Phoenix, tu passeras ton chemin. Et puis jamais très loin quand il s’agit de mal jouer, Nathalie Portman va aussi se la donner acting le temps d’une scène canaille avec bédot au coin du feu. C’est si mauvais que ce film fait perdre une deuxième fois aux USA les guerres qu’ils ont déjà perdu.

Mais revenons en à Green Zone. Il fallait bien un héros sans zone d’ombre à cette histoire. Vraiment le bon soldat moral, limite benêt qui va découvrir qu’en fait les autorités ont menti. “C’est pas possible, l’armée peut mentir”. Il n’y a pas d’armes de destruction massive. Alors on ne va pas faire les malins, genre “mais ça se sentait que l’équipe de France passerait pas le premier tour du Mondia, voyonsl” après coup, là n’est pas le sujet. Le film a besoin d’un mec au charisme d’un capitaine d’équipe de foot US, il a son Matt Damon. Capitaine, il sait faire, il vient de jouer dans Invictus, le film qui nous a endormi Eastwood.

Le ciné de Paul Greengrass (ah c’est là d’où vient le green du titre), on l’a compris, on l’a vu et revu. C’est une resucée en moins bien de McTiernan, de la caméra à l’épaule et de l’image qui remue. On est moins dans l’image, et plutôt dans sa manière de la remuer Ouais, Greengrass, j’suis pas fan de son style emprunté, qui essaye de canaliser les sujets qui marchent. Ce qui nous donne en fin de compte l’aberrant U93. Ah mais je m’énerve.

Ultime truc naze: à un moment, le Soldat Fada est à court d’idée. Impasse ? Non, il fait comme Magimel l’eternel dans le cultissime Empire des loups (lien de 2005, paye ta nostalgie). Matt Damon s’installe donc devant son PC et il fait google.C’est si mal amené que t’as l’impression de t’emmerder toi-même à aller chercher l’info, à zapper du wikipedia français à l’américain parce qu’il est mieux etc. Mais c’est ce que veut être Green Zone, un actionneur didactique. Tu vois bien qui sont les méchants, qui sont les gentils. Ca te montre une espèce de vérité pédago, prémâchée. L’échec des USA pour les nuls. Mais même dans le caca, avec le soldat Damon, ça va, ils s’en sortent avec les honneurs.

Du coup, pour le film le moins bof de Greengrass, un peu de gentillesse :