Il y a des jours où ça vous fait tilt. Comme ça. Comme une évidence.

Francis Lax est le Norio Wakamoto français. Cette idée me tournait dans la tête depuis le 143ème visionnage de Superman (que je ne peux plus voir sans chialer aujourd’hui, mais ça, c’est une autre histoire. Autant les crimes lacrymaux comme Hachi, ça va, autant Superman avec Christopher Reeves…). Anyway, dans Superman VF (formidable comme toutes les VF des années 80), il y avait Pierre Arditi dans le rôle de Kal-El. Et Francis Lax dans le rôle de Lex. Sa destinée s’est jouée à une lettre près.

Mais Norio Wakamoto ? C’est l’ultime bad guy du moment. Cabotin, fou, le genre de mec qui doit te foutre la trouille. Le God Almighty badass motherfucka.

La preuve :

http://www.youtube.com/watch?v=33P3X0aJGV8

Le meilleur choix de carrière, quand on a ce timbre et ce charisme, c’est de jouer les méchants. Ou au pire, les neutre-démoniaques. Le genre de mec à qui tu confies les portes de l’enfer. Mais globalement, il faut mettre sa voix au service du mal. Si tu viens ici pour les jeux vidéo et que tu t’apprêtes à prendre du Francis Lax dans la tronche, Wakamoto, tu l’as entendu récemment en Devil King Nobunaga dans Sengoku Basara, Xenoblade ou encore Catherine. Et bon dieu, c’est Cell dans DBZ.

Francis Lax a quand même été un héros mémorable dans sa filmo. Optimus Prime et ses mémorables duels contre Megatron (a.k.a Henry Djanik, un timbre de voix assez culte, entre mon Ernest Borgnine d’amour dans Airwolf, Kojak, MR T et 134 personnages différentes dans Saint Seiya, du Grand Pope à Ikki en passant par le vieux maître, le Scorpion, le Capricone, legendary Masque de Mort du Cancer ou le Verseau. Rien que ça.

Random Moment de Bonheur :

Mais donc, Francis Lax, toute cette présentation pour arriver à ce que je voulais montrer… Ce mec qui passe de Sancho des Cités d’Or, à Samy de Scooby-Dou en passant par le Schtroumpf à lunettes, touche, dans l’extrait qui suit, AU GÉNIE. Ce caméléon qui se fond dans l’esprit tordu de Lex le génie du mal, nous offre ce moment de bravoure où il incarne à la fois Siman le chimpanzé de l’espace et le terrifiant Cyclotor. Et c’est aussi extraordinaire que ça en a l’air. Sans la moindre hésitation, je pense qu’il s’agit des 6 minutes les plus importantes tournées en langue française depuis Gerard Philipe dans Fanfan la tulipe et de Gaulle qui libère “Paris outragé, Paris martyrisé”. Classe ? Non, sidérant !

 


San ku kai “best of Cyclotor” by superdave37