Previously in Koh Lanta Robotics : Episode 1.5 featuring le DVD

 

Je n’ai pas pu parler de Koh Lanta épisode 2, because Japon, le TGS, tout ça. En plus, le show est region-locked pour mes camarades anglais, alors une chambre d’hôtel à Tokyo, tu penses bien que t’as peau d’zobi… Heureusement que les potos et lecteurs étaient là pour m’envoyer les liens pour les divix, qu’on puisse profiter avec mes ‘ssos de Gamekult. Je tape cet article encours sous le coup de ce putain de Jetlag.

Mais cet emmerdement à l’hôtel me fait penser à un truc. Les indonésiens qui participent (car il y en a, il y a toujours un gus qui se retrouvent comme trophée d’une épreuve de confort, Denis l’annonce en général ainsi: “La tribu des Kanavok va mal. Pas de feu, rien pour pêcher, les estomacs commencent à crier famine. Heureusement, cette victoire à l’épreuve de confort leur vaut la visite de Tchongara. Ce bon sauvage connait tout des mystères de la forêt et va leur prodiguer quelques précieux conseils”. Alors qu’en fait, Tchongara est sans doute réparateur de mobs mais passons. Donc le mec qui est passé à 21h00 sur TF1, il ne pourra pas voir l’émission. Oh des malins me diront qu’il pourrait aller sur iTunes où l’épisode coûte (sans déconner) 1,99€ pièce, 15,99€ la saison entière (et pour des fichiers avec la fin qui manquent, si l’on en croit les réactions car Internet est cruel). Mais iTunes est encore plus region-locked que la plus region-locked de tes copines, il faut adresse ET une cb française pour y faire ses courses. Pas certain que Tchongara puisse suivre. J’espère qu’il me lit, je lui filerai les protips pour dénicher les épisodes.

Donc, l’épisode 2 nous a confirmé une chose importante dans Koh Lanta: avant les vieux, c’est toujours les chefs d’entreprise qui giclent en premier. Et Catherine, directive, entière et un brin autoritaire comme le site off (et le résumé de l’épisode 1 sur Robotics) le rappellent à juste titre, a fait les frais de cette justice sociale marxiste.

Mais en fait, son éviction est le fruit de “Maxime le cerveau belge”:

Maxime alias le Grand Stratébelge

Kudos, Deedo, pour le best surnom EVER. D’aucun diront que rentrer dans le jeu si vite et manigancer des plans de maboul dès le premier jour est un peu risky, car son équipe risque d’arriver dépecée à la réunification. Mais il a un autre plan, c’est assez clair :

Il a viré la plus jolie fille dès le début pour maintenir Martin (qui voulait évidemment se la taper) dans un état de frustration sexuelle. Depuis Martin est en pleine perdition comme le prouve cette photo.

"Je suis privé de Lisa. Je ne vais quand même pas... me laisser tenter... à moins que..."

 

J’ai envie de dire: COOL PLAN, BRO

Le moment difficile de l’épisode 3, c’est Steve qui souffre mentalement. J’ai encore du mal à croire ce que j’écris ici.

Mais oui, il dérouille. Mentalement.

 

Et à cause de la nouvelle règle, il ne sera pas remplacé par la dernière sortante, Catherine. Ca enlève un peu le côté unique de Koh Lanta, à savoir être la seule “Real-TV” où l’on peut exclure deux fois de suite un patron. C’est déjà arrivé. Et quand ça se produit, c’est encore plus jouissif qu’une cascade de Jackie Chan à 20 mètres du sol sans filet.

Ainsi Steve craque.

“Mentalement, je pensais pas être aussi faible vis à vis de mes proches.”

Et en ajoutant : “je vais bouger. J’ai découvert une nouvelle facette de ma personnalité qui m’a permis de comprendre que finalement, je n’étais pas aussi fort que je le pensais.” Man, on peut penser tout ce qu’on veut sur ce type, mais s’émasculer comme ça, après avoir fait le kéké, ça force l’admiration. Qui voudrait se faire contrôler par un flic comme ça ?

Evidemment, la suissesse trouve les mots qu’il faut pour le réconforter :

Bye Steve, tu nous manqueras, toi et tes phrases géniales de l’épisode 1.

Autre enseignement : c’est quand on se prépare de la manière la plus ridicule qu’on finit par se vautrer. Exemple Virginie qui, souvenons-nous, mangeait des vers en boite de nuit avec ses copines. Le genre de trucs sympas à faire avec ses BFF, quoi. Vers in the city. Bah son duel, elle le perd. Ca valait le coup de bouffer des vers si c’est pour se faire bouffer à l’épreuve des vers. MERSAY pour les gifs quand même !

 

Je remarque une autre chose : Koh Lanta n’a cessé d’évoluer vers la sportivité. Contrairement à Survivor où tous les coups sont permis (car un million de dollar à la clef, ça vaut le coup de passer pour un bâtard en rentrant au bureau), la version française est “bon esprit”. A un moment, les rouges débarquent sur le campement jaune. On aurait pu croire qu’ils éteindraient le feu, piqueraient tout ce qui est à voler, urineraient là où les concurrents dorment. Mais là, rien. C’est limite si ils ne leur laissent pas un mot doux. On est loin de ces images de pillage, tirées de Koh Lanta saison 3, une autre époque où le show se voulait moins exemplaire.

Le problème principal de cette saison, c’est qu’on a déjà perdu quelques personnages forts. J’ai pas mal d’espoir avec Teheiura, le jour où il parlera.

Et là, c'est la photo où il parle le plus des deux épisodes

Beaucoup d’espoir aussi, mais de clash, de la part de Delisia qui, en l’absence d’arabe charismatique comme Moundir ou Mohammed (“la chèvre”, pour les débutants, extrait culte : qui a quasi disparu du net, on dirait) joue un peu le rôle de la forte en gueule capable de foutre le souk vite fait. Un rôle à ne pas confondre avec “la forte tête qui ouvre sa gueule et que quand elle a un truc à dire, elle le dit“, généralement tenu par une femme généreuse du sud, genre Marseille avé accent.
For great justice:

"Berk, j'vais pas manger ça, moi, j'fais du basket !

 

En attendant, l’épisode 3 marque le départ de Gégé. 65 ans et son élevage de 48723 chats qui l’attendent à la maison. Et honnêtement, il fait vraiment flipper quand tu le vois, dans la nuit, avec sa machette, les yeux révulsés comme s’il avait maté des heures de porno. En tout cas, contrairement à Steve, il a décidé de partir “with a bang” comme on dit, en frappant un grand coup.

Lors de l’épreuve de confort, il doit nager jusqu’à une bouée et la ramener, le truc classique. Une super épreuve de boobs shots (si le Grand Stratébelge n’avait pas fait son bâtard en virant Lisa…). Gégé, on ne lui en demandait pas tant. Juste de toucher la bouée et de revenir. Seulement voilà, le doyen fait comme mon PC: il plante. Un bug de collision, comme dans un jeu vidéo. Attention immortal gif animé is immortal.

Et en intégralité :

Big bisou, gégé. On ne t’oubliera pas. Pour toi, je te fais un…

Hé mais ! C’est bon, Gégé, tu peux arrêter !

 

Alors il est facile de rigoler devant un petit vieux (hé, fallait pas aller à Koh, hein), mais mon petit moment de bonheur perso de ce dernier épisode, c’est Martin. La vie de Martin n’est pas facile. Il est bégé (en tout cas, c’est ce que disent mes copines, plus que Benoit le papa célibataire, sans doute parti à Koh Lanta pour pécho. Martin a 23 ans, c’est le fils d’un puissant homme d’affaire, actionnaire du PSG, il doit avoir toutes les peines du monde pour s’extirper de la pression paternelle et faire ses preuves dans la vie. Ne riez pas, c’est le genre de truc qui peut faire péter un plomb, même tardivement.

 

Hé bien Martin, vivant dans ce que j’imagine être une luxueuse maison des Hauts-de-Seine, jouant au golf à 23 ans… A 23 ans et jouer au golf !! Faudra qu’on m’explique… Donc, Martin n’a jamais appris à faire des high five avec ses potes, sans doute parce qu’il était occupé à faire du ski à Courch’. Mario Kart avec les potes, il a pas connu. Du coup, cela nous donne des moments de solitude extrême comme celui-là. Attention, ça passe vite, mais quel bonheur.

Tu vois, au delà de l’humiliation d’un flic qui passe pour un gros débile, c’est pour ces micro-éléments de bonheur de la vie que j’aime Koh Lanta.

C’est tout pour aujourd’hui. Review de Koh Lanta S11 épisode 4, même bat-chaîne, même bat-heure.