Kamui

(Voir à droite.)


Posts by Kamui

World War Hulk

Me retirant peu à peu de la vie « forum » pour m’occuper de choses plus personnelles, de Robotics ou simplement pour refocuser mon énergie, c’est sans trop de honte que je ressors cette critique de World War Hulk d’il y a quelques mois, customisé Robotics. Et puis surtout, elle me servira pour la prochaine à venir. Voici donc World War Hulk. Et ça spoile méchant sa race.

QUE DU SPOIL, hein, t’es prévenu. Et je te tutoie pas par connivence, c’est vraiment pour prévenir.

Jugé trop dangereux par les Illuminati, Hulk est envoyé dans l’espace, en exil. En politique, on dirait qu’il est parti « enseigner au Canada » comme Alain Juppé et Philippe Seguin. Il se retrouve donc sur une grosse planète hostile, pas vraiment Neuilly-sur-Seine, où il est transformé tour à tour en esclave, en gladiateur puis en souverain. Il y découvre de nobles guerriers, une femme, elle tombe enceinte, bref, après une année sabbatique dans ce monde à la Conan en pire, Spartakhulk repart sur Terre en mode oméga vénère. On le comprend, sa femme (Caïera, on est prié de rire) ainsi que toute la planète a été anéantie par une explosion qu’il attribue aux membres des Illuminati. Pour ceux qui ont vraiment la flemme de cliquer sur le lien, ce club de jeunes giscardistes (Reed Richards, Iron Man, Namor, Xavier et Black Bolt), aux caractères retconnés à la limite du reconnaissable, a décidé que la chienlit verte devenait dangereuse (oui, soudainement Hulk aurait tué des gens). Ils ont voté son exil à main levée, vu que Black Bolt peut pas parler sans remuer des montagnes.

Hulk revient donc sur Terre, habillé en cosplay d’Obélix (sérieusement, une armure ?), accompagné par une bande de guerriers qui semblent sortir de La Rue Sésame et du Muppet Show. Ils sont, semble-t-il, surpuissant et pourraient battre n’importe qui. Personnellement, je leur trouvais un côté « Alpha Flight » pour Hulk, des keums lambda destinés à bousiller et survivre un combat contre tous les héros de New York. Ils y arriveront pas mal, mieux que Cloverfield. Hulk passe par la Lune pour déboîter Black Bolt qui au passage utilise son « criquitue » (il a d’ailleurs la fâcheuse tendance à pousser une gueulante tous les deux mois maintenant… il fut un temps où c’était ZE truc rare). Mais c’est classe.

Texte entre les deux:” “I didn’t come to hear you whisper. I came to hear you SCREAAAAAAM!!!””

Ca, ça, CA, c’est du freakn’ comics !

Sidenote:

Enfin, était-ce vraiment Black Bolt ? Difficile à dire, entre les 5 bandeaux événements en haut des comics Marvel, on ne sait plus si ca se situe avant Initiative, après New Avengers ou le super retardé Mighty Avengers, ni MessiaX-tinction agenda. Avant ou après la mort de la meuf de Sentry ? C’est le gros bordel et rien n’est fait pour aiguiller l’amateur de comics qui lirait ptet deux ou trois titres par mois. Mais ça, ce n’est pas tant la faute de Pak, mais plutôt à tout le staff éditorial de Marvel qui se perd d’event en event.

Donc, après avoir ratatiné blackybolty donc (scène magnifique tout en non-dit dont vous avez vu deux pages), Hulk décide de déglinguer les autres, en particulier Starkozy et son armure Hulkbuster avec piston pour filer des torgnoles atomiques comme Big-O, qui aurait fait un fabuleux robot géant nippon à Batman. Et là, amis lecteurs consternés du traitement de faveur qu’Iron Man a droit depuis 2 ans (rien à voir avec le FILM !), le changeant de héros à ex-alcoolique polico-Hortefeux-iste, on est VENGé ! Hulk en fait du vrai steak tartare !

On admirera le talent de John Romita Jr plus tard, les fights étant quand même le point fort. Les torgnoles pleuvent.

Greg Pak, l’orchestrateur unique de l’histoire écrit avec une espèce de délicatesse propre aux grosses bastons des comics « d’avant ». On a un feeling années 80 à chaque page, un peu quand les héros se battaient entre eux pour un oui ou pour un non, sauf que là, c’est Hulk, l’emblème de cette génération ô combien culte qui met une dérouillé à tous les super-héros tombés dans le cynisme.

A la base, une histoire « Hulk » qui smash et qui casse, ça ne peut pas être mauvais Ce n’est pas très très subtil, mais c’est nettement plus cohérent que le run de Bruce Jones (amis fanboys, souvenez vous, le moment « espionnage » de la série, qui avait super bien commencé et qu’on a tous arrêté en cours avec un hochement de tête de consternation. Hulk, c’est pas des histoires noires d’enquêtes policières). Dr Strange aura même son petit tour de force en avalant une potion magique le transformant en espèce de Ghost Rider sans moto. Totalement gratos, mais l’idée serait tiré d’un très vieux numéro pour faire genre, hé les geeks, y’a pas arnaque, ça y était déjà en 1968… Hulk et ses mecs capturent tout le monde (et VRAIMENT tout le monde) et les foutent dans une arène où ils finiront tels des vachettes, dans un Intervilles super-héroïque, les obligeant de se battre. Ils sont forcés car ils ont une espèce d’ipod collé a à la peau rendant sa victime bête et obéissante, agissant comme un Lemmings. Du bon matos Apple quoi.

Malheureusement, depuis le début, que cela soit à la lecture du comics ou à la vue des couvertures dans les Previews, on sait que ça se finira en baston avec Sentry, le personnage bricolé par Marvel, tellement puissant qu’il peut jouer au bilboquet cosmique avec Superman. Jenkins avait même écrit un numéro spécial « copain » où l’amitié entre Sentry et Hulk est clairement visible. Enfin, une bonne limited série si on aime le « Superman-chez-le-psy. Encore faut-il adhérer au concept « ils sont amis depuis longtemps », un retcon aussi artificiel que le couple Ségolène Royal-François Hollande. L’histoire (et la baston, et donc des petites vannes bien carnassières de Hulk) tiennent suffisamment la route jusqu’à ce pic totalement prévisible qui ressemble plus au combat de Freezer contre Son Goku tellement ça bourrine. Encore une fois, New York est quasi détruite, mais on a l’habitude.

Tout va bien jusqu’à la fin qui est téléphonée, à coup de post-it éditoriaux. Tout d’abord on apprend qu’en fait, la bombe qui a tué Caïera (on ne s’en lasse pas) a été placée par un membre du propre collectif de rappeurs cosmiques de Hulk. Trahis par les siens, un Balladurisme sauvage. Du coup, ça innocente Reed, Tony et les autres. Ensuite, il faut un mec qui se fasse un peu butter, parce que c’est un cross-over et que dans tout bon cross-over, il y a des mecs qui dégustent, voire qui passent à la trappe. Ce sera Rick Jones, le pauvre qui a déjà passé des années en chaîne roulante. Chez Marvel, on guérit vite. Mais là, ça fait trop « oups, j’étais sur le chemin». La faute à pas de chance. Retour à la chaise roulante. Autre cata, il faut un Deus Ex Machina pour niquer Hulk, et ce sera encore une fois Tony Stark qui comme dans tous les comics « saves the day » en utilisant un canon laser spatial ou téléporte une explosion d’une centrale nucléaire (ne riez pas, il l’a fait). Ok, Tony est un mec über malin, mais ça va finir par se voir qu’ils n’ont pas d’autres idées pour terminer leurs histoires. Mais à part ça, World War Hulk est vraiment jouissif et se lit très bien en relié pour pas se prendre la tête. Ca a la gueule d’un no-brainer mais c’est plus profond que ça et surtout, les personnages sont traités avec justesse. Et visuellement, ça casse la baraque.

Les spinoffs oscillent entre le pas mal (le titre Hulk lui-même avec un personnage absolument fantastique d’Amadeus et le retour en force de Hercules) et le supra naze (WWH Frontline) où l’on sent que Jenkins a cachetoné sans même chercher à rendre ça moins pourri. Il n’y croit même plus, le pauvre. Hulk, pendant sa pause-pipi, est aussi allé voir les X-Men (hop, on te vend une minisérie en plus, le fan) pour demander à Xavier, ce qu’il aurait choisi de faire s’il était membre des Illuminati au moment du vote de son exil. Un mot : poouuuuusif. Bon, c’est un prétexte pourri pour balancer du Hulk qui tape du Colossus et du NightCrawler. Que demande le peuple ?

Vu le succès de World War Hulk, qui fut au final un chouette divertissement, il y a déjà tout un paquet de spinoffs post WW pas gégé. Hulk Rouge par Loeb (c’est pas une blague) sera vite oublié. Enfin, il y a Skaar, le fils de Hulk qui n’est finalement pas mort, mais qui s’annonce comme un comics « barbarian world » de plus. On a échappé à Friendly Neighbordhood Hulk, c’est déjà ça.

Prochain arrêt robotique : Incredible Hulk devient Incredible Herc… Oui Hercules… Et un des meilleurs titres Marvel du moment. Rien que ça !

Jean-François Copé, l’audiovisuel ou “l’internet, y’a des thunes”

Il est partout, il est beau, il est omniprésent (oui, rappelons que Kamui Robotics est son antre, son fansite ultime). Il nous balance les yeux dans les yeux des principes fous qui “dérangent” comme d’habitude. La redevance est parait-il impopulaire (comment peut-elle l’être vu qu’elle est désormais intégré aux impôts?) alors oui, on taxera les forfaits internet, téléphone et cie parce que les disques durs, c’est déjà fait. Prenons l’argent des putes pour payer des vacances aux enfants malades, une vision si juste qu’on applaudit des deux mains. Au diable, ceux qui démissionnent de sa commission (fait qu’il élude pudiquement), ce doit être des sales gauchistes et des déclinologues qui sont à l’écoute des syndicats. Au passage, on kiffera sa pique à Sarkozy, le mec qui a décidé ça sur un coup de tête un matin de Janvier, sans se concerter, sans plan, ni rien. Copé, l’homme le plus impressionnant depuis Roosevelt, il te regarde dans les yeux avec la tendresse du mec qui te regarde la braguette ouverte mais qui ne te dit mot. <3

Useless


Wuyong (Useless)

Plastiquement brillant, la moindre scène du quotidien filmée par Jia Zhang Ke devient profonde et pleine de sens. Il sublime tout côté glauque et la rugosité ambiante pour lui donner une dimension artistique assez incroyable. Ici, il s’attaque à l’industrie du textile/fringues sous trois angles, le riche, le pauvre, et le mega pauvre (la France, la nouvelle Chine et l’ancienne). C’est moins glamour que les reportages simili « poil à gratter » made in Canal+ et autres entrefilets caustiques sur le monde de la mode proposés par les JT lors des collections automne-hiver. Après avoir rendu de manière absolument incroyable le labeur d’un démolisseur de maisons chinois sous 45° au soleil (le sublime Still Life où le moindre caillou, les moindres souffles de lassitudes de vie devenaient « un chantier à fleur de peau »), il retranscrit ici parfaitement l’acte robotique lié au travail du textile, à la fois désincarné et moteur de toute une économie et d’une dynamique de vie. Tout cela sans jugement (on n’est pas dans Zone Interdite), ni analyse, y’a pas marqué « C’est dans l’air ». Quoiqu’il en soit, Jia Zhang Ke est toujours aussi fascinant.

Family Ski


Les remarques concernent la version jap’, je doute que la jpop d’ambiance soit de mise dans la version européenne.
(cplus N°193, mars 2008)

MGS4: Too old for ninjas

MGS4, un bien détestable produit qui nuit à la productivité.

Astérix 3, Chtits, Disco, le triforce de la comédie française

Après avoir évité le genre dans son intégralité en 2007, j’ai choisi de faire une grosse injection de cette catégorie la plus indéfendable du cinéma français actuel, à savoir la comédie, la bonne, la grasse, celle qui est vendue à longueur de plateaux promo avec “les stars de la télé que tu aimes“. Mais évoquer simplement ces grands moments de fou rire hors contexte, sans recul, ne veut rien dire. Il fallait faire une étude comparée, une triangulation de cette réussite à la française. Voici donc Astérix Vs Disco Vs les Ch’tis, le rendez-vous de la grosse poilade à la française.

Les 3 films ont comme point commun de ne m’avoir fait rire que nerveusement, comme une toux réprimée qui éclaterait d’autant plus fort qu’on y a résisté pendant 5 minutes. Comme un fou rire dans un cimetière, le truc impressionnant mais flippant à voir. Mais entrons dans les détails.

Les ch’tis commence vraiment pas mal, en petit concentré d’intensité humaine à la Poste que tous le monde connait vu qu’on est tous déjà allé chercher un colis soit parce que le mec s’est gouré à la “n’habite pas à l’adresse indiquée”, soit parce qu’il a la flemme de monter un étage voire de passer la porte d’entrée. La Poste, l’entité idéale pour briser vos bonnes résolutions de No More Hate pour 2008. Kad, c’est la star de la télé que tu aimes de ce film. Il tente de gruger le système en se faisant passer pour un handicapé, histoire de se faire attribuer une place au soleil. Manque de bol, le pitre se fait pincer et se fait envoyer dans ce qui lui parait être le trou du cul du monde, le nord. Ca aurait pu être pire, du genre Berne en Suisse, mais bon, va pour le nord. On tient là les bases de ce qui aurait pu être une fabuleuse comédie sociale sur le monde de la Poste (et dieu seul sait qu’il y a des choses à dire sur le sujet) ou même sur le langage (les parties les plus marrantes de la bande annonce, malhabilement placées au début du film ce qui est mauvais signe). Et finalement on tombe sur un autre schéma bien connu, celui du buddy comedy de base. En gros, Kad apprends à parler le chtit à la vitesse de la lumière, devient vite pote avec Danny Boon et puis ce sera la tristesse au moment de partir après un moment de crise. L’argument qui revient constamment pour justifier ce film d’une neutralité bayrouesque et de son succès post-factum, c’est « la sincérité » de l’entreprise, sensée lui donner une street cred’ supplémentaire. Malheureusement, ça ne fait pas rire plus que ça. Tant qu’à faire, je préfère un film cynique et drôle à un produit gentil et inoffensif comme du Palmolive. Attention, ne dites pas que vous n’aimez pas, vous vous exposez aux « allez quoi, c’est marrant » ou aux « vraiment ? T’aimes rien ou quoi ? ».

Disco est un tout autre problème. On se demande vraiment quels sont les tenants et les aboutissants de ce film clonant l’irritant Camping. Ici, la star de la télé que tu aimes, c’est Frank Dubosc. Il nous rejoue ici l’unique rôle de sa vie, le vieux bellâtre lifté, gamin rêveur perdu entre les bisounours et Casimir, si distant de la réalité qu’on a pitié pour lui autant que son personnage. On peut citer son immortelle quote « Benco ? Miam miam » de Camping, et comme dirait Rohff, “Quand t’as dit ça, t’as plus peur de personne”. Cet espèce de jusqu’au boutisme artistique un peu suicidaire n’est pas sans rappeler « Joseph Lubsky », pseudonyme de Patrick Sebastien qui, selon ses propres termes, « est allé jusqu’aux portes de la schizophrénie ». Sans rire… Mais Disco est une œuvre collective digne de Lynch. No shit. Entendons nous bien : pas un rire ne s’échappe de la salle si ce n’est celui de l’incompréhension d’une œuvre qui le dépasse ou alors une exclamation nerveuse. Le coup du cimetière susmentionné, là. Si c’est un film comique, c’est un brillant échec, à la limite de la ruine romantique du XIXème siècle. Mais dans la catégorie « autre », qui va du documentaire à la “Tragédie Grecque tournée à la DV”, c’est surpuissant. Aucun acteur ne semble jouer dans le même film. Ils déclament leurs lignes de dialogues comme du Ionesco ou du Beckett avec un poil de cynisme de ceux qui n’aiment pas les gens. Depardieu, on ne sait pas ce qu’il fout là. Dans ce petit théâtre de l’absurde, Emmanuelle Béart semble être le seul lien à la réalité, la seule qui renvoie un peu la balle aux autres qui jouent seul tout. En bon ovni dramatique, on peut être certain qu’un Disco signé par Kitano ou par un coréen aurait touché au génie décalé. Enfin, la marques des grands films : Francis Lalane fait un caméo, jouant son propre rôle, à fond dans l’autodérision.

Point de bizarrerie discophile ni sincérité chtites pour Astérix aux jeux olympiques. Le moteur de la megaprod est tellement une hypothèse qu’on en pleurerait. On aime tous Goscinny. Tout le monde s’accorde à trouver Udezo seul complètement nul, surtout depuis le suicidaire dernier album (le suicide, constante comique française, voire Disco). Heureusement Forestier et Langmann ont tout compris à la finesse culturelle et populaire de Gosc’. Ca commence donc par un florilège de chute. 3 ou 4 en 10mn. Et là, le fan devrait heureux car on touche vraiment à la substantifique moelle d’Astérix. C’est à peine si on remarque l’absence de la peau de banane, élément indispensable de causticité mais toujours sans entrer dans l’irrévérence politique . Ah Uderzo a été bien inspiré de refuser à Jugnot et au Splendid de faire un nouveau Astérix. Si vous aimez les stars de la télé que tu aimes, ce flim est pour vous. Il n’y a que ça, de l’intouchable aux plus modestes « bon clients des talk show de la télé que tu aimes », une vraie dream team réuni pour ce projet. On se croirait sur un plateau de Fogiel ou d’Ardisson. Et si t’en as pas encore assez, t’as Alice (youhou), Schumacker, Jean Todd qui a surement pécho une ristourne pour une Ferrari pour Uderzo. Mais revenons aux chutes. La première est signé Stéphane Rousseau. Je ne le connaissais pas vraiment, mais il parait qu’il est huge. Dès la toute première scène du film, il perd son équilibre un peu sans raison et laisse tomber son cul dans l’eau.

Ensuite il tombe tout seul, une fois, de manière incompréhensible, comme un narcoleptique éveillé.

Et comme on est dans l’humour de qualité, il se fait foutre à la porte, prestation qui n’est pas sans rappeler l’immortel Angel-A de Besson.

Puis Poolvorde se casse la gueule aussi. Lui, c’est plus une chute naturelle et pas du tout causé par le drame de l’alcool, l’ingrédient indispensable et avoué pour tenir le coup sur ces tournages à structure familiale..

Une fois cette cascade de vannes, véritable menu best of des 20 dernières années d’Astérix par Uderzo, on bascule sur Delon qui joue “à la Dubosc”, mais avec des rides. Le césar amoureux de lui-même, balance deux trois blagues wikipédia pas très drôles (« je suis un guépard, un samouraï, (…) je n’ai peur ni de Rocco ni de ses frères etc »). Et puis comme ce n’était pas assez drôle, il lève les doigts en signe de victoire. Subtile direction d’acteur. Peut-être une référence à l’immortel Chirac du bêbête show « Ecoutez-crac-crac-ta-gueule ».

(moment de cinéma grandiose désormais immortalisé dans le bandeau aléatoire qui surplombe Kamui Robotics, check)

A ce moment là de l’analyse, il faut préciser que le film a été coécrit par deux des plus mauvais auteurs des guignols, ceux d’après l’ère Delepine et Hallin. Précision aussi concernant ce visionnage digne d’un laboratoire pharmaceutique: tout s’est fait sur un DVD russe, avec comparaison avec le divix français pour sentir les frémissements de rire dans la salle, qui évidemment ne s’entendaient pas des masses. Sauf une fois, quand Depardieu fait « youhou », genre Cyrano. Vers les 3/4 du film, ne manquez pas cette cinéphilie appuyée. Roulant sa bosse jusqu’au bout, Astérix 3 va sombrer dans ses derniers instants. Oui, pire encore que tout le film réuni. Débarque Jamel Debouze Theuriau qui n’était pas là de tout ce chouette film. Il s’embarque dans un tunnel d’une quinzaine de minutes avec d’autres guests. Il va tenter de dribler Zizou, passer Tonipi etc. Plus-value comique proche du néant, on admirera la vacuité de ce moment d’un cynisme fou, où toute narration est abandonnée. Le Zéro absolu de cette raison d’être éclabousse tout le film qui déjà a du mal à se justifier tout court. On n’a jamais vu ça. Ils croyaient sauver le cinéma français avec ses stars cochonou et ses millions d’investissements alors que ça pèse rien sur sa balance. Seul point positif quand même, Christian Clavier est ‘achement mieux ici que dans les deux premiers. Et enfin, la marques des grands films : Francis Lalane fait un caméo, jouant son propre rôle, à fond dans l’autodérision.

On en est à choisir le moins pire. Je ne pousserais pas l’expérience plus loin, trop risqué.

Le Roi Heenok à Panam, Juin 2008

Le buzz persiste: le Roi était à Paris pour un showcase spécial. Alors là, normalement, je devrais faire un article plaçant quelques unes de ses quotes cultissimes et ses interjections flamboyantes, mais pour une fois, je m’en sens ni la force ni le courage. Depuis 4 ans, le créateur du rap rive sud de Montréal est devenue une légende larger than life. Véritable pavé dans la mare du rap mondial, mélangeant cocaïno crack musique et non-flow créatif, je lui dois de très nombreux inters, si ce n’est des titres d’articles. Il est mon inspiration et là, à quelques pas, il mouille sa chemise et balance ses lyrics implacables avec pas mal d’inédits.

Sait-il rapper ? A-t-il assuré le show ? En tout cas, tout défoncé qu’il était, il a quand même réussi à suivre ses instrus, retombant sur ses pattes et détruisant tour à tour Roda-Gil, Aznavour et Michaël Jackson. Une vraie ode au doping. A ses côtés, Ugoboss, l’auteur de la “maladie mangeuse de chââir” encourageait avec son flow si personnel à l’achat de l’album du roi, histoire de payer sa caution. Roi Heenok a fait vivre à ses fans déchainés comme lors d’un blind test anarchiste ponctué de “braaaa” buraaaa” “burrraaa“, une apothéose bien méritée après 4 ans de fanboyisme. La soirée que tu veux mettre sur ton ipod, t’entends. Ah merde, je craque à la fin. Merci le roi.

Pas d’endroit pour Hide (se cacher)

Bon, Kojikoji, ton jeu sort dans deux jours, un petit mot ?

Ah ouais quand même. Ca donne envie (DROGUE).

Sakura Taisen DS


(cplus N°194, ce qui remonte à 3 mois)

Hélène et les garçons: Violent mix


Hélène et les garçons Violent Mix 1/2

Et puis une scène d’action à peu près autant sous-estimé que la baston dans la pluie dans le Pacte des loups.


Hélène et les garçons Violent Mix 2/2
Merci à Sodat pour ces moments extrêmes.