Tu te souviens quand Google Earth est arrivé ? Quand tu pouvais passer de l’infiniment petit du toit de ton immeuble ou d’ailleurs et que tu dézoomais jusqu’à l’infiniment grand du cosmos. Puis zoom, encore, sur la maison de ta mamie, sur la sortie sud de Shinjuku, ou encore sur la rue Ordener ou la maison de tes meilleurs potes. J’étais fou, j’ai fait ça pendant des heures, et même si on a désormais accès à ce magic trick depuis un téléphone ou un pc portable, je suis persuadé que ça me fascinerait encore pendant des heures.

Pourquoi ce remember si 2005 ? Parce que Malick a fait son film Google Earth et bien plus encore. Récemment, j’écrivais un article à propos d’un jeu qui risquait de sombrer à tout moment dans la fadaise intergalactique. Sauf que lui y tombait vraiment, fallait faire avec, l’accepter et passer à autre chose. Car il n’avait pas les reins de sa prétention assez solide.

Dans l’absolu, Tree of Life est le yang de A Serious Man qui réinterprétait aussi le Livre de Job ce qui donne le ton de la complainte. Plus terre à terre, Tree of Life “n’est que” l’histoire d’une famille qui sera endeuillée. La mère n’est qu’amour. Le père, c’est l’homme à l’ancienne, celui que tu t’imagines dans l’Amérique des années 50. Le genre de mec qui élève ses trois enfants à la dure. Il commet des erreurs devant nous, ne les ménage pas, les dérouille, se fait appeler Sir. Pourtant, je n’ai jamais vu un père autant dire “je t’aime” à ses gosses (qui, d’ailleurs, jouent merveilleusement, ce qui est rare pour être souligné). Mais comme d’habitude, ce n’est pas forcément le vrai sujet avec Malick qui filme avec autant d’amour un nuage ou un oiseau que la maxi-star du moment (Richard Gere, Brad Pitt, Colin Farrel, même combat), rendant sensuel tous ses plans. Il n’y a rien de forcément nouveau dans Tree of Life, tous ses propres clichés sont là. La main dans l’herbe, la balançoire, l’eau à niveau des orteils, les complaintes… Un ami le résumait ainsi : c’est du “Malick-porn”, le film somme dans toute sa splendeur. Et on peut difficilement aller plus loin que Tree of Life qui a l’ambition de toucher à la foi. Rien que ça. Comme d’habitude, il y a une double narration : la première, celle qui est filmé, et puis, le plus important, ce qu’ils pensent à ce moment là… Comme quand Farrel pense à l’amour alors qu’il se fait torturer in le Nouveau Monde.

Et puis il y a Sean Penn, toujours borderline “Nicolas Cage” quand il s’agit de jouer la souffrance (remember 21 grams) serait peut-être le maillon faible du film, errant dans un New York post 9/11 déshumanisé, marchant ensuite sur du sable comme dans une pub pour du parfum. A tout moment, Tree of Life risque de se Shaddaiser, de devenir un object of LoL. Qui peut-être se réconcilie avec son père. Mais comme le reste, ça n’a pas d’importance.

Bien sur, certains penseront qu’il ne s’agit de quotes bigotes rajoutées de manière aléatoire, sur fond de moment de vie ou de Big Bang. Et puis, dans Tree of Life, il y a des dinosaures qui vont, sans déconner, se marcher dessus. Tu me connais, je serais pour que les Saurus se battent à mort, pourvu que ça fasse du beau spectacle. Hell, j’ai été jusqu’à acheter un jeu pc juste parce que le 3ème Reich, sur ordres d’Hitler, ressuscite des dinosaures et les utilise contre les alliés pour gagner la guerre. Car j’avais envie de voir des dilophosaures armés de fusils semi-automatiques. Mais là, il se passe tout le contraire. Le premier dinosaure va épargner le second, soit l’acte fondateur de l’humanité, la  première trace de cette compassion qui fait de nous des êtres humains. Et en y réfléchissant bien, act of god ou pas, un chrétien fondamentaliste ne devrait pas apprécier être résumé à un lézard préhistorique qui prend son collègue en pitié.

Finalement, Tree of Life fera le contraire de ce que devrait faire la religion, il ne cherchera pas une ligne médiane de compréhension pour mettre les gens d’accord. C’est le contraire d’un film zélote. Film hors norme, hors note aussi, terrifiant de beauté formelle, assommant pour cette ambition-prétention permanente. Le love/hate movie, par excellence, tout aussi mégalo que radical et prodigieux. Mais je peux te dire, sans sourciller, qu’en compilant toute une vie de famille, de l’origine des âges à sa fin, qu’il s’agit là d’un des meilleurs trailer que j’ai jamais vu de ma vie.

Forcément, je n’en pense pas moins :