Quoi de mieux qu’un biopic sinon un biopic avec des coups de pied. Based on a true story donc, Ip Man 2 reprend la vie du maître de Wing Chun là où on l’avait laissé, c’est à dire après la fin de l’oppression japonaise. Accompagné de sa femme et avec bientôt deux gosses au compteur, il vit dans la dèche à Hong Kong dont il essaye de sortir en montant sa propre école de Kung Fu.

A l’origine, Ip Man 2 devait raconter les relations du maitre avec son élève le plus célèbre, Bruce Lee. Parait qu’il y a eu des problèmes de droit (la famille Lee, c’est l’équivalent d’Uderzo, en fait), donc l’équipe s’est rabattue sur ce qui fait maintenant la marque de fabrique de la série, à savoir l’oppression ou plutôt le Kung Fu sous l’oppression. Le problème, c’est qu’aussi cradingue que pouvait être le racket des brits, ça n’a rien d’aussi sanguinaire que la vie sous le joug japonais. Nankin, les femmes de réconfort ou l’unité 731, toi-même-tu-sais. Du coup,  comme un coup de génie, la vie d’Ip Man 2 retombe sur ses pattes et ressemble finalement à un film de wushu classique, voulu comme réaliste mais un réalisme très spécial qui vient percuter les contingences du genre. Ouverture d’un restaurant chinois d’une école. Défi local. Baston. Refus de se soumettre puis baston. Puis boss de fin de niveau, ici un anglais joué par Darren Shahlavi qui au cinéma HK ce qu’étaient les 2-3 asiats type d’Hollywood des années 80, une image d’épinal bonne à se faire dérouiller à la fin du film.

Balancer toutes les scènes cultes et imparables dès le début pour finir sur un climax un peu entendu, c’était déjà le même parti-pris que le premier Ip Man… Donnie Yen est tout aussi majestueux de neutralité, tout en rage contenue face à l’adversité. Et au risque de me répéter, c’est aussi l’auteur de la plus belle projection sur rambarde du cinéma. Je sais, j’en parle souvent, mais on a besoin de douceur dans la vie.

(mon lien qui t’amène directement à l’instant clef)

C’est aussi l’occasion de voir un combat Donnie Yen Vs Sammo Hung (fraichement sorti d’une opération au coeur). En plus d’être chorégraphe du film, il s’en sort formidablement bien. Ip Man 2 se paye même un duel avec l’élégance de gentlemen.

pour un film qui mériterait une sortie ciné. Le premier vient tout juste d’arriver mais en direct to vidéo.