A priori rien d’exceptionnel à une parodie cul. Chaque film à succès a sa version porno. Ghostbangers, Schindler’s Lust, Clockwork Orgy en passant par Easy Ride Her. Big up à toi, Dennis Hopper qu’on ramassa tout nu au Mexique à parler aux fils électriques. C’eut été un chouette film. Mais là, on va parler de Batman XXX : A Porn Parody.

Le doigt levé, Batman sent le danger !

La version X est aussi un rituel acquis pour les séries (NYPD Blew ou Inspect Her Gadget, Sasha Grey’s Anatomy). Mais c’est Batman qui en a morflé. Toujours un peu craignos, mal défini, ces parodies étaient systématiquement nulles, faute de vraie cohérence. Et vas-y que j’te bouscule de la version pré goth-mou de Tim Burton à l’humour du tout premier show en passant par la version gay de Schumacher (ici en mode auto-critique).

On trouvera toujours un spécialiste lambda pour te vendre des relectures fumeuses sur la probable “impuissance de Bruce Wayne, le mec obligé de se balader en costume, métaphore de la puissance sexuelle retrouvée qui lui permet de se taper Catwoman, la fille qui ne se découvre vraiment qu’en latex“. Please, quoi. Et encore on ne va pas rentrer dans la polémique Batman & Robin. Pas-de-polémique. Les relations de Bruce et de Dick sont celles d’un classique père-fils. Sauf dans la version dont je vais parler aujourd’hui, car ils se finiront à deux sur Catwoman.

Une dernière info avant de balancer le logo de prévention, le DVD (oui, un DVD à acheter, dès fois que la Warner fasse un procès, mais bon, les pasticheurs ayant l’air d’être blindé juridiquement) offre une fonction “épisode normal”. Ça donne quelque chose qui ressemble aux trailers (que tu as forcément vu ici ou encore ). En gros, on peut regarder Batman XXX sans les scènes de cul, presque comme un épisode normal des années 60. Option gag car qui va s’en servir, hmmm ?

Voilà, c’est le moment de mettre le label pour adultes. Les images “pour adultes” seront balisées. Et si t’es mineur, va demander à tes parents Mario Galaxy 2 ou encore aller va potasser Kids Robotics, un cycle consacré aux films qui parlent de mômes en 2009. Y’a L.O.L, Neuilly sa mère, Hanna Montana et plein de trucs pour toi. Voilà, cette précision passée, on y va.

Les primaires du Parti Socialiste se déroulent sans problème

La chose la plus remarquable avec Batman XXX : A Porn Parody, c’est le budget qui tape à la gueule. Pas dans le sens Michael Bay du truc. Oh on voit bien une magnifique copie de la Batmobile d’époque passer à toute berzingue mais pas de courses poursuites ou de Bat-copters. Pas d’explosion au moindre créneau. Tout le fric est passé dans les costumes et les décors. Les années 60 version Pop Art dans les dents. Et puis peut-être aussi pour arroser les actrices, me souffle-t-on dans l’oreillette, puisqu’il y a Tori Black et

Non mais regardez-les !

Lexi Belle dans le casting, des stars dans ce créneau. Parait-il, hein. L’ironie de cet assemblage un peu fou, c’est que ce Two hour show a sans doute bénéficié de plus de budget que n’importe quel épisode de la série originale. Même les Poooww et les Kabroom viendront spammer l’écran,  comme dans la première saison de la série (Anecdote : à l’époque, le procédé d’incrustation a été jugé trop couteux et après les incrustations, ils sont vite passés à des dessins d’onomatopées dessinés vite aif’ sur fond jaune. Cheap, ouais.

Décors et habillages mis à part, la série originale, volontairement maladroite et kitsch, est bien reconstituée. Les fameux plans de caméra dingues façon Pop Art cèdent parfois à l’efficacité d’un plan serré sur une levrette ou d’un cum shot, d’accord, mais on ne peut pas tout casser dans le porno.

Les acteurs garderont généralement leurs costumes. Tant mieux, la scène d’orgie du Joker serait un peu creepy s’il se mettait à étaler son maquillage sur le cul d’une de ses servantes. Ow, j’ai du mal à croire que je regarde tout ça pour en parler jusqu’au bout. On est fan de Batman ou ne l’est pas, après tout, je discute pendant des plombes de Bruce Wayne topless contre les hommes des cavernes.

Certains seront courroucés de ne pas voir l'arsenal de la bat-cave.

The story, car il y en a une. Un soir comme tant d’autres au manoir Wayne. Bruce explique à Dick sa facilité à gagner 4 parties d’échecs en même temps. 16 coups à l’avance, facile. Mais Lisa Carson, la fiancée de Bruce, se fait enlever par The Riddler. Bruce confond son cri de détresse avec Alfred, le vieux coquin. “Holy viagra !” Le setup est réussi. La ressemblance avec Adam West et Burt Ward est frappante. Mais le vieux Gordon qui reluque sa secrétaire est là pour nous rappeler que bientôt, le cul va débouler.

Lisa, enfermée dans une prison décide, séance tenante, d’allumer The Riddler à coup de porte-jarretelle. Puis elle lui fonce dessus et lui taille une pipe à travers la cage. Direct, sans transition. Comme cet épisode de Twin Peaks mais où il ne s’était malheureusement rien passé. (Une spéciale pour toi, adolescence perdue)

Spoiler Inside SelectShow

La coquine ne peut s’empêcher de comparer sa queue à celle de Bruce, “plus petite” dit-elle.

“Riddle me this : when is a pussy like a flower ?”

Spoiler Inside SelectShow

L’in-character des situations résiste parfaitement jusqu’à ce que le porno reprenne les choses en mains pour faire basculer les acteurs en mode “dialogue film de cul américain” standard. Il n’y aura pas de “You feelin’ my Batarang, pussycat ?!” ou encore de “Holy Deep Throat, Batman !” dans le feu de l’action. Petit regret.

"Non, monsieur DSK, nous n'avons pas le temps."

Pendant ce temps, Batman et Robin grimpent le mur, le “Batclimb“, un passage obligé pour retrouver The Riddler, toujours est en train de s’amuser avec Lisa. Une fenêtre s’ouvre et hop même la tradition du caméo est respecté ! Dans la version originale, c’était Sammy Davis Jr ou Jerry Lewis, ici c’est Ron Jeremy dont la page Wikipedia m’informe de ses 4000 femmes, 2000 films en 25 ans de carrière.

“- Allez, quoi, venez vous amuser ! Elle a encore deux mains et une bouche de dispo !

“- Our poursuit of justice allows us very few diversions. But by all means, carry on with your business, citizen”.

C’est bien, Batman !


"Une orangeade pour moi. Mais pas de cidre doux, ça, JAMAIS !"

Arrivé “en haut”, Batman, les sens à l’affût, déclare soudainement que Robin ne devrait pas rentrer dans cette discothèque parce que “deux mecs costumés, ça attirerait trop l’attention“. (dans les années 60, Batman demandait juste à Robin de rester dans la Batmobile “car une boite de nuit n’est pas un endroit convenable pour les mineurs”. Bat-pas partageur ? Dommage pour lui, la fille qui le drague au bar est de mèche avec le serveur et lui drogue son jus de fruit.

Après une séquence géniaaaale de danse swingy à mort (avec la meilleure musique du bat-show), Batman va bientôt céder à la Tentation. Il commence à faire des steps Pulpy Fictionny, mais il vacille. A ce moment précis, on atteint un moment de véritable awesomeness. C’est cool et kitsch sans être insultant envers la série TV. Enfin, j’veux dire, Kick Ass est plus cynique et idiot que la gaucherie sympathique de Batman XXX.


"You can't resist, Batman, Your will power is over. You can only take orders."


Molly l’entraine et le baise en pleine discothèque.

Spoiler Inside SelectShow
Spoiler Inside SelectShow

Petite note de fan, c’est exactement ce qui arrive à Batman, Talia ayant joué son capitaine de soirée. Boulette qui lui a donné son seul et dissipé fils, Damian Wayne. Enfin, ça s’est pas passé dans une discothèque, mais à deux, trois détails près, c’était ça.

Pendant ce temps-là, le Joker se la joue pimp à mort. Il se tape ses deux assistantes (qui gardent que leurs superbes bottes). 2 filles pour un mec, on a bientôt le compte sur la checklist. Ah non, spoiler : no lesbian. Ca sera peut-être pour le prochain épisode avec Batwoman (la première héroïne lesbienne de premier plan de DC).

Spoiler Inside SelectShow

Chut, dummy, on va se faire repérer !

Revenu chez Gordon, Robin voit débouler l’ultra maligne et kawaii Batgirl. Regrimpette. Sur le Bat-Wall, avec le bat-grappin, hein. Et là, le choc ! Holly Pop Shot ! s’écrie Robin. C’est en reluquant en cachette l’orgie du Joker que les deux héros (qui deviendront un couple dans l’histoire canonique) décident de passer le cap biblique.


Une scène vraiment tendre quand on connait les deux personnages... enfin les "vrais"

Spoiler Inside SelectShow
Spoiler Inside SelectShow

Juste après lui avoir éjaculé dessus (mais heureusement pas sur son joli costume), ils se font capturer. “Very impressive, Boy Wonder. Looks like you let the bird out of the cage ?” se moque un garde.

Retrouvailles finales. Batman séduit Catwoman qui les délivre, Krassh Baaam Zaaap de quelques secondes. Lisa est sauvée. Reste une personne qui n’est pas encore payé sa dette envers la société. Catwoman A.K.A Tori Black. C’est là qu’intervient le “Holy Threesome” de la victoire.

Amateurs de catsuit, déception : Tori Black sera nue en une minute, bat-montre en main. Un peu dommage de louper un fétiche comme ça, pile à la fin, “tant qu’on y était”.

Spoiler Inside SelectShow

Ca se termine comme devrait se conclure un épisode : un piège satanique !

Une image du show original

VS aujourd'hui

Difficile de dire si toi, garçon ou fille, tu vas y trouver ton compte. Au Japon, il y a une industrie de pornos basés sur de fausses héroïnes et combattante-ninja-sentaï. Aux USA, la norme, le template de base, c’est la fausse Wonder Woman qui visiter “un garage” ou une “cave” et qui se voit contrainte par son propre lasso magique. Ici, le trip “fidélité” au matos original (enfin, on s’entend) et le respect pour le show original sont vraiment le moteur de ce film. Un truc quand même assez inédit pour le genre. Parler de “respect” dans un film où les tenues lycras terminent sur les chevilles peut paraitre excessif, mais on y retrouve une espèce de tendresse naïve pour les 60′s. Acteurs, acting, costumes, décors, tu t’y crois “presque”. Et puis le fait qu’il y ait plus de scénario ici que dans la plupart des pornos que t’as vu dans ta vie va sans doute te dérouter. Ça fait ça à tout le monde.  De toute manière, Batman XXX : A Porn Parody démolit la plupart des adaptations en films “classiques”, surtout le Batman avec armure à tétons des deux films de Schumacher, et ça, c’est non-négociable.

Même bat-heure, même bat-site !