Dans ses longues conversations (youtubisées à mort, check ici la plus connue et la plus hilarante), Kevin Smith disait de lui que la seule chose qu’il sait faire, c’est des dialogues. On va lui accorder ça. Des mecs qui discutent de trucs rigolos, l’air de rien, dans un bar ou un vidéoclub, c’est son turf. C’est ce qu’il faisait dans la vie avant d’être payé plein d’oseille pour l’écrire. Sorti de ce créneau bien précis de la conversation badine pop-culturelle, il foire. Comics ou films, c’est la même.

Cop Out (Top Cops en France) aurait dû s’appeler A Couple of Dicks. Ou Cop Suckers. C’est le premier film de major pour Smith, mais aussi le premier qu’il n’écrit pas lui-même. Il le répète souvent, c’est une commande et pour que ça soit clair, il n’y fait même pas de caméo. Pilate avait fait la même en disant “je m’en lave les mains, suckers”.

you you, that’s the sound of the police.

Et pourtant la scène d’ouverture laissait présager une alchimie rigolote. Flic noir et bête (Tracy Morgan) interroge un suspect en n’utilisant que des quotes de classiques du cinéma, pendant que Flic juste un peu con mais blanc (Bruce Willis) méta-commente quand il peut. “Yippie-Ki-yay, motherfucker !” “I”ve never seen that movie before” enchaine Willis à la limite du clin d’œil caméra, la blague “toi-même tu sais” par excellence.

Après cette intro rigolote, le reste se déroule en pilote automatique, sans que la géniale musique wink wink d’Harold Faltermeyer (Beverly Hills Cop, Top Gun, un mec qui connait les synthés des années 80) n’arrivait pas à masquer l’indigence de l’intrigue et ses dialogues cosmo-plats. Et comme il n’est jamais loin quand on parle de nanar, Sean Williams Scott fera le connard qui s’invite à la fête. La débandade. Vraiment, ça fait pitié, tout du long, le genre de truc à ne sortir que dans l’UGC Orient Express qui est, pour les connaisseurs, l’équivalent du Direct-to-video pour une salle de ciné, un truc un peu dégradant entaché par les vrombissements du métro passant dans le Forum des Halles. Et je peux t’assurer, déjà que tu ne veux pas voir ce film, mais dans ces conditions, c’est affreux.

Pourtant Kevin Smith a récemment sorti Zack & Miri make a porno, une comédie situé sur le cran au-dessus de Cop Out, sans doute parce qu’il a l’ambition de lutter (sans y arriver) sur le terrain d’Apatow, le néo-golden boy de la comédie.

Il y a un petit fond social, un peu miséreux derrière ce non-couple qui décide de faire un porno pour pouvoir payer le loyer. En plus d’écrire tout un tas de second rôle rigolos (remember, c’est le truc que les comédies françaises ne savent généralement pas faire), il en embauche même Seth Rogen, l’acteur fétiche labelisé Apatow. Mais problème maousse, on sent que Kevin Smith y lutte contre la censure et pour chopper son R Rating. C’est à se demander si la fin cul-cul-la-praline n’a pas été mise là pour contrebalancer la vulgarité cool du système Smith.

Mais même en comics rien ne va plus. J’avais prévu de me lâcher sur Spider-Man / Black Cat, sans doute un des pires comics de tout les temps, qui commençait comme du spider-buddisme rigolos pour finir en fanfic sur fond de trauma et de viol. Whu… whut ? On se demandait comment Smith, qui a  pourtant une bonne réput pour écrire des pitchs rigolos, a vendu cette idée à la Marvel. Mais chez DC, c’est la même. Dans son récent Batman : Cacophony, Joker fraichement évadé de prison propose littéralement de se faire enculer par son sauveur en remerciement. Et guess what, ce n’est pas drôle. Mais quelle mouche a piqué Smith ?

Je te préviens, c'est vraiment le "I can't unsee that" de toutes les cases de bédé de l'humanité. Oups, trop tard...

Puisqu'on en est là, autant aller jusqu'au bout de la punition.

Aujourd’hui, Kevin Smith a décidé de participer au tsunami Green Hornet. Depuis quelques mois, il y a au minimum  4 comics basés sur le héros et sa série des années 60. Et grand dieu, vraiment, il nous manquait tellement, 4 comics par mois, c’est un minimum vital pour mon bonheur. En tête de gondole il y a le comics de Kevin Smith. Vérification. Quelques blagues de cul, c’est bien lui aux manettes. En fait, il s’agit du script qu’il a proposé aux studios. Mais après s’être fait débouter (au profit de Gondry, là encore, on s’accroche), il l’a transformé en comics où une blaguounette à la Smith qui prend en général 4 secondes maxi à articuler a besoin de plusieurs cases pour exister.

Ce qui est le plus frappant, c’est que l’histoire suit finalement assez celle du film, un sale gosse de riche qui découvre que son père était le Frelon Vert. Seth Rogen (voir plus haut) prend le rôle du mouflet joufflu (quel casting absurde pour un actionneur) tandis que Jay Chou fera Bruce Lee / Kato. Ouais, Jay Chou le chanteur. Rien que de le taper, tu sens qu’un truc cloche.  Mais bon, trauma personnel, c’est sur son flow que je faisais mes étirements de Wushu à 8h30 du matin, c’est dire la rugosité de l’entrainement une fois qu’on se trouve en Chine. Du coup je lui accorde par le truchement d’un réflexe pavlovien le bénéfice du doute. Hey et puis il y a le nazi d’Inglorious Basterds et Cameron Diaz qui fait le même rôle de secrétaire MILF que Gwyneth Paltrow (Iron Man one / two).  C’est ses dernières années d’action movie alors elle essaye de capitaliser à mort dessus, comme avec Knight & Day de Tom Cruise.

Et le comics de Green Hornet ? Pas de surprise. Ce n’est pas très bien écrit mais pas de blague de sodomie, les trois mecs fans des radio drama de Green Hornet qui ont plus de 70 ans seront ravis de l’apprendre. Il y a quand même un paquet de blagues trèèèèèès poussives et soulignées par cet effet que je déteste, avec un mec qui dit juste après la vanne “ha mais c’est hillarant”. L’équivalent en comics du mec qui se retourne pour dire “olalala mais qu’est ce que je suis drôle”. Pire c’est parfois très moche. Summum, c’est quand les deux arrivent en même temps, comme ici.

Bah non, pas très funny, mec.

Toute l’histoire était hypé sur le fait qu’un perso “important” y meurt. Hé, mais… mec… la plupart des gens n’ont pas vu la série depuis 20 ans. Du coup, que l’ancien héros y meurt comme dans la bande annonce du film, on s’en moque, non ? Bref, pas pick of the week du tout. Mais alors pas du tout.

Alors merde, il nous reste quoi ? Bah Kevin Smith qui cause de Tim Burton, des gay bears & cubs, Prince ou encore de Green Hornet. C’est comme Tarantino qui peut s’arrêter de faire des films et se contenter de faire des compils. Smith, lui, a fait une OPA sur les salles de conférence remplies d’étudiants, un mec à bonus pour les DVD.