Les jeunes ignorent tout du communisme. En Russie, les post-tcherno ont tout oublié de la vie quotidienne horrible du temps de l’URSS. (Les post-tcherno, c’est comme ça que j’appelle les filles et les mecs nés après 1986). On leur dit “tu sais, fallait faire la queue pendant 2 heures et t’étais même pas certain de choper un morceau de fromage” et il te sort la tête de son portable l’air du “Non mais tu déconnes ?”. Ils ont oublié.

Chernaya Molnia a aussi oublié le communisme mais nous en montre quand même via un Moscou magnifique. Les immeubles staliniens. Les grandes avenues. L’architecture sauvagement grise d’où apparaissent d’ostensibles buildings du genre l’immeuble TF1. Lacity comme ils appellent leur La Défense à eux. Et puis son lot de vieux bâtiments en ruine, bien cracra. L’éclair noir (le titre, en français dans le texte cette fois), c’est un actionneur russe, un blockbuster venu du fois produit par Timur Bekmambetov, le mec derrière Nightwatch, Wanted et des prods genre 9. Acoquiné à Tim Burton (ouille), Timur s’est positionné, toute proportions gardées, comme le Luc Besson ruskof. Ouais, la comparaison rend perplexe, mais mais mais… il va bientôt produire ça.

Abraham Lincoln : Vampire Hunter ! Et quand t’as un titre pareil, c’est la même chose que Surf Nazis must Die, De Battre Mon cœur s’est arrêté ou encore (dans un autre genre) Je me suis fait enculer dans la forêt. T’as même pas besoin d’être réussi.

Anyway…

L’Eclair noir ne fait pas dans la dentelle niveau référence. C’est l’histoire d’un môme fauché mais doué à la fac qui va se retrouver avec une voiture qui vole. De grands pouvoirs qui vont impliquer de grandes responsabilités, un crédo qu’il se répètera à partir du moment où son père va se faire poignarder. Notre garçon, il s’y est cru et voilà que son père va le hanter dans des guilty flashbacks. Il va donc jouer les justiciers masqués à bord de sa Volga qui vole et cacher son identité de son love interest. Encore un peu ? Face à lui, Osbo… euu un riche oligarque veut forer Moscou pour récupérer les diamants, quitte à détruire la ville. Stéréotype du parvenu crade qui étale sa richesse, il annonce un retournement de code intéressant pour la Russie d’aujourd’hui. Ok, ça fait Jean-Pierre Pernault de parler de “valeur à l’ancienne” mais sans connaitre ce pays, on a du mal à se rendre compte du délabrement moral de la Russie moderne, transformée par l’argent. Et notre héros, lui, les thunes, les filles qui montent dans une benz, c’est pas pour lui. Mais dans son genre, il joue mieux que Tobey Maguire.

Allez, on va arrêter là les comparaisons avec Spider-Man dont la trame la plus infime a été canalisée pour être recrachée en version post- coco.

Mais le truc le plus admirable de cet actionneur-ovni, c’est d’avoir réussi à comprendre un aspect déterminant de l’aspect des années 80 : le véhicule roi. Airwolf. Top Gun. Firefox (de Clint, hein). Même Jayce ou Mask. K2000. Parce que, en vrai, on s’en foutait de Michael Knight qui luttait contre le sheriff corrompu du comté du coin. Nous, on voulait voir sa caisse ultra-perfectionnée d’une valeur de 57 millions de francs français. Cette appropriation de code est d’autant plus étonnante quand on pense que les russes n’ont jamais connu ce zénith véhiculaire. Je peux en témoigner, il n’y avait rien à la télé à l’époque, c’était interdit. Et en kiosque, y’avait que l’Huma de dispo. Et voilà qu’avec une Volga qui vole (faut la voir s’élever dans les airs, c’est tout simplement absurde !), ils essayent d’en restituer la classe. L’air de rien.