Normalement, au programme, c’était Deadpool qui fait du canibalisme (là, bientôt, promis). Ou encore parler du dernier incroyable trailer de Legend of Fist. Man, la même année, ça et un film Dynasty Warriors, c’est trop de bonheur à la fois, je le soupçonne de s’être connecté directement sur mon cerveau, jusqu’à supprimer la notion même de “sommeil”. Ce sera donc un spécial…


Voici donc un recap sur la 3DS depuis deux semaines.

Son arrivée (remerciement à Oral B Triumph)

Le déballage EXCLUSIF (merci pour les caps, Morandini) et authentique avec des guests

Les tests photos, anglés politiquement, forcément.

L’emission où l’on en parle à chaud (et de la Nec à froid, cette machine de l’Amour charnel) :

Et les tests, les vrais.

Et toute la beauté d’internet, c’est comme les DVD, toute la beauté du truc, c’est de basculer en V.O quand on veut. Alors j’en profite pour appuyer sur le bouton “Coller” pour livrer ici ma conclusion originale de ce test de Layton, dans sa full Airwolf Experience. Pas de vote par SMS surtaxés. Gratuit, cousin !

Les fans de Layton se fichent de savoir que ce cinquième épisode était celui de tous les risques. Eux, ils jouent pour cette mythique troisième étape d’animation, celle du rictus qui suggère la réussite d’une énigme, avant la mine souriante finale. Changer de technologie pour une trilogie en cours, c’était le piège casse-gueule pour Level-5. L’éditeur aurait pu se la jouer pépère, “Plan Épargne Retraite” et refourguer aux aficionados la même technologie, un scénario bradé et le tour était joué. Même pas. C’est avec une conscience manifeste des enjeux que toute la direction artistique a évolué, pour arriver à une espèce d’hybridation intelligente entre les “click & point” Lucas Arts de fin de règne et le Layton classique de classique. Un travail de pro ? Quel doux euphémisme, oui ! Tout laisse présager une fin de trilogie rocambolesque, et s’ils gardent ce niveau d'”Awesomeness” pour Professeur Layton VS Ace Attorney, ils vont crever le plafond. Et on sera là.

Repassons maintenant à ce qui compte vraiment. Les comics, le ciné, les coups de pied, tout ça…